Dernières Actus : NamX : le premier SUV à hydrogène français est né | Hyundai Staria Lounge Camper : un concurrent du Volkswagen California ? | Tesla : Cybertruck de série et Roadster en précommande | Selon une récente étude menée par Axa Prévention, pas moins de 80 % des automobilistes utilisent leur smartphone en conduisant. | Techno – L’hydrogène, l’électrique du futur ? |         Derniers import automobile : Volkswagen Golf GTI Performance | BMW X1 xDrive 25i | Mercedes Benz CLA 200 AMG Line | Volkswagen Golf GTI TCR | Porsche Cayenne Diesel Platinum Edition |

Les articles Import&Convoi Blog automobile

DEC

27

2021

WLTP : FAUT-IL CROIRE L’AUTONOMIE DES VOITURES ÉLECTRIQUES ?

Tous les véhicules électriques vous donnent une autonomie moyenne nommée WLTP, un protocole unique, mais très théorique et toujours différent de la réalité.

En 2018, vous avez probablement vu pulluler un sigle étrange sur les publicités et médias automobiles. Obligatoire pour indiquer consommation et autonomie de voitures, ce WLTP est cependant à prendre avec des pincettes.

Un indicateur identique pour tous

Venue remplacer la norme NEDC bien trop éloignée de la réalité, la norme WTLP « World harmonized Light vehicle Test Procedure » est en vigueur depuis le 1er septembre 2018. Elle oblige tous les constructeurs automobiles à homologuer leur véhicule selon un protocole de tests bien précis. Il consiste en 4 roulages sur banc d’essai en laboratoire, 2 urbains et 2 routiers, donnant une moyenne « cycle mixte ». Le test dure 30 minutes, et sur 23,25 kilomètres.Les constructeurs sont ainsi libres de communiquer sur un cycle moyen mixte, mais aussi ceux réalisés dans un des 4 sous-cycles. Certaines marques aiment parler d’autonomie en cycle WLTP ville, bien plus avantageux. Néanmoins, toutes les voitures étant soumises au même test, le WLTP est un bon indicateur d’efficience.

Quel écart entre WLTP et la vraie vie ?

Bien que très technique, cette norme a des limites. Elle reste théorique, par une température idéale de 23°C.En pratique, elle varie selon de votre environnement ou type de conduite. Exemple, si vous roulez écoconduite par 20°C sur le plat en ville, vous dépasserez largement l’autonomie WLTP. Ce sera l’inverse si vous avez le pied lourd sur l’accélérateur à -5°C sur un parcours montagneux. Sur autoroute, où la consommation bondit, vous pouvez réduire l’autonomie de 40%.Des organismes de tests ont déjà étudié la différence avec la réalité. Si elle est moindre qu’avec le NEDC, elle existe encore. Le Labo Auto Plus a déjà vérifié qu’en moyenne, une voiture électrique affiche 40 à 70 km de moins que le WLTP. L’ONG Transport&Environment avait statué sur un écart de 23% en 2020. Autre indicateur, celui du GreenNCAP essayant plusieurs modèles du marché. On y retrouve des valeurs de consommation par temps idéal, frais, froid et sur autoroute

Source : Autoplus.fr